Tout savoir Mont Fuji | Ugoshi
avril 27, 2021

Tout savoir sur le Mont Fuji

8 minutes de lecture

Tout savoir sur le Mont Fuji

Le Mont Fuji. Le plus haut et le plus beau sommet du Japon. Si un jour vous visitez le Japon, vous rateriez une expérience incroyable en n’allant pas, à défaut de le gravir, visiter le Mont Fuji. Et là, vous vous demandez : qu’a-t-elle de si particulier ? C’est justement ce que nous allons voir tout au long de cet article. Accrochez-vous bien car vous allez découvrir si vous ne la connaissez pas encore une des merveilles de ce monde.

Mont Fuji

Le Mont Fuji

Située sur la côte sud de l’île de Honshū au Japon, entre les préfectures de Shizuoka et de Yamanashi, le Mont Fuji est une montagne sacrée d’une beauté exceptionnelle. Visible depuis Tokyo à 100 kilomètres au nord-est, elle culmine à 3776 mètres. C’est le plus haut sommet du Japon, et également la plus sacrée des trois montagnes sacrées au Japon (le mont Take et le mont Haku).

Le Mont Fujin’est pas qu’une simple montagne, c’est aussi un volcan. Un volcan considéré comme actif même si sa dernière éruption date des années 1707-1708.  Éruption à laquelle il doit son superbe cône volcanique presque parfaitement symétrique.

Histoire du Mont Fuji

Le merveilleux Mont Fuji serait apparu il y a 600 000 ans, et est composé de trois volcans : à la base su Mont Fuji le volcan Komitake (ses premières éruptions auraient eu lieu il y a près de 600 000 ans), ensuite le Ko Fuji (vieux Fuji) superposé au volcan Komitake il y a environ 100 000 ans et finalement le Chin Fuji (nouveaux Fuji) se serait formé il y a 10 000 ans pour donner la merveille que nous connaissons aujourd’hui. Grâce à sa carrure imposante et ses éruptions, le Mont Fuji était craint et vénéré par les premiers habitants du pays, les Aïnous qui le connurent dans sa période la plus active. Son nom dérive de celui de leur Dieu du feu, le Dieu Fuchi. Il a longtemps été un volcan actif, et aurait connu durant la préhistoire quatre éruptions volcaniques : l’éruption Sengoku, l’éruption Osawa, l’éruption Omuro, et l’éruption Sunazawa. Hormis ses différentes éruptions volcaniques, le Mont Fuji connu également d’autres types d’activités. Par exemple, il y a 2300 ans le versant oriental du Mont Fuji s’effondra. Cet effondrement fut à l’origine de la création du cratère Hoei-Zan sur le flanc sud-est du volcan. Ce qui engendra des coulées de boue qui se sont déversés jusqu’à la région Gotenba. Cet événement fut donc appelé la coulée de lave Gotenba.

Le Mont Fuji est considéré comme sacré depuis le VIIème siècle. Selon les croyances shinto, un empereur aurait donné l’ordre de détruire à son sommet un élixir d’immortalité. La fumée qui s’échappe parfois du cratère du Mont Fuji serait dû à cet élixir qui se consume.

Le Mont Fuji serait aussi la demeure de trois kamis (divinité ou esprit vénéré dans la religion shintoïste), Fuji-hime, Sakuya-hime, Konobanasakuya-hime. De nombreux sanctuaires ont été construits sur les flancs à l’intention de ces divinités et on retrouve des Torii (des portails traditionnels japonais, généralement érigées à l’entrée des temples shintoïstes, symbole du shintoïsme) près du sommet du volcan.

mont fuji ascension

Les éruptions du mont Fuji

Le Mont Fuji a connu plusieurs éruptions majeures au fil du temps. Nous pouvons distinguer :

  • L’une des premières dans les années 800-802, l’éruption d’Enryaku : elle eut lieu au printemps, et sur le flanc nord du Mont Fuji rejetant une grande quantité de cendres volcaniques. Les cendres et les débris recouvrent un lieu de passage important de l’époque, la route Ashigara.
  • L’éruption de Jôgan (864-866) : cette éruption fut appelée ainsi car elle eut lieu à l’ère Jôgan. Les gigantesques coulées de lave détruisent de nombreuses maisons dans la région de Nagaoyama, sur le versant nord-ouest du Mont Fuji. Cette coulée de lave sépare le lac géant Sénoumi en deux et ainsi se forment le lac Shôji et le lac Sai. L’éruption dura deux mois sans interruption.
  • L’éruption de Hôei (1707) : Connu également sous le nom de grande éruption de Hôei, elle eut lieu le 16 décembre, 49 jours après le grand tremblement de terre de Hôei, (un des plus intenses qu’est connu le Japon) sur le flanc sud-est du mont. Cette éruption entraîna une décharge de fumée noires, de roches volcaniques, de cendres et d’autres particules en suspension provoquant des vibrations atmosphérique, et de la foudre volcanique. La ville d’Edo (l’ancien nom de Tokyo) est complètement recouverte de cendre et les dommages de l’éruption s’étendent jusqu’à l’actuelle préfecture de Chiba. L’éruption dure quelques semaines, et malgré quelques moments de calme et répit, les maisons des villages en contrebas sont consumées par les flemmes. Cette éruption est la dernière qu’a connue le mont Fuji et elle forma trois nouvelles cheminées volcaniques.

Dès lors, le mont Fuji ne connut que des séismes, notamment celui de 2011 sur le flanc sud du Mont Fuji.

Assez parlé des catastrophes du mont Fuji. Tournons-nous maintenant vers des aspects plus beaux.

mont fuji fond d'écran

Le mont Fuji et le tourisme

Malgré les nombreuses catastrophes causées par le mont Fuji, il ne perdit pas l’admiration des japonais qui lui vouent toujours un culte, et ne ratent pas l’occasion de gravir ses flancs.

Le mont Fuji est ouvert au public seulement deux mois dans l’année : en juillet et en août. Il n’est ouvert que deux mois dans l’année mais attire 300 000 grimpeurs. Un chiffre bien plus élevé que celui du mont Monadnock aux Etats-Unis (deuxième montagne la plus parcourue avec environ 125 000 personnes par an.

C’est une véritable attraction touristique, mais pas seulement pour les touristes. Des gens vivant aux Japons et qui sont désireux de faire l’ascension s’y mêlent aussi. Soit par ses sentiers, ou en la gravissant par l’escalade pour atteindre son sommet. L’une des raisons pour lesquelles certaines personnes gravissent le mont Fuji, est le magnifique lever du soleil qu’on peut observer du haut de cette fameuse montagne. Ainsi, de nombreux grimpeurs font leur ascension en pleine nuit pour arriver à temps et admirer le lever du soleil qu’offre l’un des sommets les plus célèbres et les plus beau du monde.

Le mont Fuji est cependant tristement célèbre à cause de sa forêt d’Aokigahara, également appelée la forêt du suicide. Elle porte ce nom peu joyeux à cause du nombre de japonais qui y viennent pour se donner la mort. Pour pallier à cette pratique pas du tout éthique qui entache la réputation du mont Fuji, de nombreux gardes forestiers sont déployés sur place pour éviter ce genre de drame.

Pour effectuer leurs ascensions, les grimpeurs ont le choix entre plusieurs voies. Il existe au total 4 voies principales qui sont divisées en 10 stations. La durée total de l’ascension dépend bien évidement des voies empruntées par les grimpeurs, mais il faut compter environ 6 à 9 heures pour la montée et 4 à 5 heures pour la descente.

Au-delà des 3000 mètres, la température atteint facilement les 0° C même en été. Une bonne préparation s’avère donc nécessaire si vous désirez vous lancer dans ce périple.

La voie la plus empruntée par les touristes est la voie Yoshida. Elle part du lac Kawaguchi. Elle est très bien aménagée et comporte plusieurs points de relais et de refuges le long du chemin. Mais elle est souvent bondée à cause de la densité du trafic. Faut dire aussi qu’elle est très appréciée à cause de son aménagement.

La seconde voie la plus fréquentée est la voie Fujinomiya, qui est également la voie la plus courte jusqu’au sommet.

La troisième voie en termes de fréquentation, et aussi la voie préférée de ceux qui s’y connaissent est la voie Subashiri. Pour cause, elle est la moins fréquentée et possède des paysages très variés.

Pour les grimpeurs chevronnés, il reste la voie Gotenba, la plus longue de toutes.

Sur le pourtour du cratère central du mont Fuji sont répartis 8 sommets, dont le principal est le sommet Kengamine. Il est possible de faire le tour du cratère et de ses 8 sommets en 1h30 environ. On n’y découvre des paysages variés et impressionnants dans toutes les directions, comme les étendues forestières d’Aokigahara et les cinq lacs du mont Fuji. Ces cinq lacs sont eux-mêmes des stations attrayantes de loisirs, qui possèdent de nombreux hôtels, en particulier autour du lac Yamanaka et du lac Kawaguchi.

mont fujiyama

L’ascension interdite aux femmes ?

Considérée comme une montagne sacrée par le shintoïsme depuis le VIIème siècle, l’ascension du mont Fuji était interdite aux femmes. Et ce jusqu’en 1972. Pour les bouddhistes japonais, l’ascension du mont Fuji est un chemin permettant la purification.

Elle était interdite aux femmes, car elles étaient considérées comme impures à cause de leurs menstrues. Ils redoutaient que cette impureté ne vienne entacher le caractère sacré du mont. C’est la raison pour laquelle les autorités de l’époque interdirent l’ascension aux femmes. Une chapelle leur était ouverte afin qu’elles puissent y attendre les hommes qui se lançaient dans leur périple.    

Cette situation allait cependant finir par changer. Quelques années après qu’une femme étrangère, Fanny Parker gravit le mont jusqu’à son sommet en 1867, les autorités levèrent l’interdiction en 1872, permettant aussi aux femmes de prendre également part à cette aventure.

 

Le mont Fuji, inscrit au patrimoine culturel de l’Unesco

De par sa beauté, ses caractéristiques, et son influence auprès de nombreux artistes, le mont Fuji a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Vous pouvez lire ici sa description sur le site de l’UNESCO.

"La beauté de ce volcan solitaire, souvent couronné de neige, s’élevant au-dessus de villages, de la mer et de lacs bordés d’arbres, a inspiré artistes et poètes. Il s’agit d’un lieu de pèlerinage depuis des siècles. Le site inscrit comprend 25 biens qui reflètent l’esprit de ce paysage artistique sacré. Au XIIe siècle, le Mont Fuji est devenu un centre de formation du bouddhisme ascétique (fusion du bouddhisme et du shintoïsme). Situés dans les 1 500 mètres supérieurs du volcan de 3 776 mètres, des chemins de pèlerinage et des sanctuaires du cratère ont été inscrits, mais aussi des sites répartis au pied du volcan, notamment les sanctuaires Sengenjinja, les auberges traditionnelles Oshi et des formations volcaniques traditionnelles telles que les arbres moulés dans la lave, les lacs, les sources et les chutes d’eau qui sont vénérés car considérés comme sacrés. Sa représentation dans l’art japonais remonte au XIXe siècle mais les estampes sur bois du XIe siècle, notamment celles représentant des plages de sable et des pinèdes, ont fait de Fujisan un symbole internationalement reconnu du Japon et ont eu une profonde influence sur l’art occidental de l’époque".

Pour finir, voici quelques anecdotes sur le mont Fuji qui ne manqueront pas de vous étonner :

  • Les toilettes les plus élevées du Japon se trouvent au sommet du mont Fuji

Etant donné le monde fou qu’il accueil, il est tout à fait normal qu’il y ait des toilettes pour les petits besoins des touristes. N’oubliez pas cependant d’avoir quelques yens sur vous car ce sont des toilettes payantes.

  • Le sommet du mont Fuji a été acheté par un temple

Cela peut sembler étonnant. Qu’une telle merveille de la nature, inscrite au patrimoine de l’UNESCO puisse céder une partie de son territoire à un particulier. C’est pourtant vrai, et c’est arrivé en 1606. En effet, le sanctuaire Shinto Fujisan Hongû Sengen-Taisha, situé au pied du mont Fuji a acquis le sommet de la montagne chez Leyasu Tokugawa à qui le mont appartenait à l’époque.

  • La première ascension du mont Fuji date de 663

Elle aurait été effectuée par le moine bouddhiste En no Gyôja. Il aurait entrepris cette ascension à cause d’une mesure d’exil qui l’aurait frappé.

 

Nous voici à la fin de notre aventure à la découverte du mont Fuji. Nous avons vu à travers cet article l’histoire du mont Fuji, ses différentes éruptions et son importance dans la culture et le tourisme japonais. C’est l’un des emblèmes les plus représentatifs de l’identité du Japon et j’espère que cet article vous a permis d’en apprendre assez sur lui. Si un jour vous désirez allez en vacances au Japon, ne terminez pas votre séjour en ne faisant pas un tour au mont Fuji. Vous rateriez une expérience exceptionnelle et inoubliable. 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Soyez au courant