KINTSUGI : UN ART JAPONAIS QUI SURPREND
novembre 09, 2021

KINTSUGI : UN ART JAPONAIS QUI SURPREND

5 minutes de lecture

Librement traduit par « menuiserie dorée », Kintsugi ou kintsukuroi, « réparation dorée » est l'art japonais de réparer les céramiques cassées. Il semble que les occidentaux soient habitués à remplacer les céramiques brisées par de nouveaux objets, mais au Japon, un objet brisé est traité différemment. Au lieu de cacher les cassures avec un adhésif de camouflage, ou simplement d'acheter un nouvel article, les maîtres Kintsugi utilisent de la laque saupoudrée ou mélangée à de la poudre d'or, d'argent ou de platine, pour embellir et réparer simultanément un article cassé.

En utilisant l'art du kintsugi, la poterie est non seulement réparée, mais également améliorée. Au lieu d'être cacher, les cicatrices sont accentuées et utilisées pour améliorer l'aspect général de la pièce, les faisant ainsi partie intégrante de l'histoire unique de l'objet. Les japonais apprécient les choses anciennes et durables qui résistent à l'épreuve du temps, et ce concept s'accorde parfaitement à ce fonctionnement.

 

kintsugi

Pour commencer, le concept vient de la philosophie japonaise du wabi-sabi qui enseigne aux personnes à accepter de vieillir et d'embrasser les cicatrices qui viennent avec l'âge. En effet, la philosophie japonaise du wabi-sabi nous enseigne que tout a des défauts et que ces imperfections ne font qu'augmenter avec l'âge.

Mais plutôt que de nous rebeller contre eux, nous devrions embrasser et célébrer nos cicatrices et la nature transitoire de la vie. Kintsugi exprime également le sentiment de mottaini , traduit vaguement par le regret des choses qui sont gaspillées sans en tirer leur valeur. Toutes ces philosophies ont été un terrain fertile pour la création de l'art du kintsugi qui préférait réparer un objet cassé plutôt que de cacher ses défauts.

kintsugi

 

L'ORIGINE DU KINTSUGI


Selon les historiens de l'art, le kintsugi est né par accident. En effet, lorsque le shogun Ashikaga Yoshimasa du XVe siècle a cassé son bol à thé préféré, il l'a envoyé en Chine pour des réparations et a été déçu que celui-ci revienne agrafé. Les épingles en métal étaient inesthétiques, alors les artisans locaux ont trouvé une solution : ils ont rempli la fissure avec une laque dorée, rendant le bol plus unique et plus précieux. Cette réparation a totalement augmenté la valeur perçue du bol aux yeux du shogun, et a suscité une toute nouvelle forme d'art.

Toutefois, l'idée derrière le kintsugi n'était pas nouvelle. Le concept sous-jacent au kintsukuroi gagnait déjà du terrain au Japon à l'époque ; il découle de la philosophie esthétique wabi-sabi , qui cultive l'appréciation des défauts.

De plus, au XVIe siècle, les maîtres japonais de la cérémonie du thé se sont rebellés contre le goût dominant du luxe et de l'opulence, privilégiant plutôt les objets simples marqués par le temps. Ils célébraient l'irrégularité, les surfaces rugueuses, l'asymétrie et les défauts des outils et des décors de la cérémonie du thé.

 

kintsugi

 

La méthode de réparation dorée correspond également aux notions japonaises de « mottainai », expression du regret du gaspillage, et « mushin », nécessité d'accepter le changement.

Kintsugi est aussi la philosophie bouddhiste zen telle qu'elle est appliquée aux objets physiques, mettant l'accent sur l'engagement avec la réalité, les matériaux à portée de main. Le shogun Yoshimasa aurait sûrement pu remplacer son bol à thé préféré, mais il ne voulait pas le gaspiller. En le rendant plus beau après sa cassure, les artisans locaux ont respecté les changements du temps et de l'usage apportés au bol, et ont démontré que ceux-ci peuvent être appréciés et même soulignés plutôt que d'essayer de cacher l'usure.

 

KINTSUGI AU NIVEAU TRADITIONNEL

 

Traditionnellement, l'art du kintsugi est pratiqué par des maîtres laqueurs japonais formés à diverses techniques. Aujourd'hui, la plupart des maîtres de laque utilisent de l'époxy et de la poudre d'or, d'argent ou de platine. Ce mélange est également utilisé comme mastic pour combler tous les trous dans le récipient cassé.

De plus, toujours traditionnellement, l'or n'est pas mélangé à la sève, mais appliqué sur la laque lorsqu'elle sèche, avec un pinceau à pointe fine pour assurer la précision. Cependant, aujourd'hui, avec le développement de poudres moins chères, d'époxy et de substituts d'or, de nombreux réparateurs mélangent les pigments directement dans la laque, simplifiant ainsi le processus. Outre la laque et le pinceau, un kit de réparation kintsugi est généralement équipé d'un bâton de mélange et parfois de gants et d'un chiffon pour nettoyer les dégâts potentiels.

 

COMMENT FAIRE DU KINTSUGI ?

 

Toutes les réparations ne sont pas les mêmes et la plupart des maîtres kintsugi utilisent l'une des trois techniques suivantes : fissure, méthode par morceaux et réparation par joint.

 

japon kintsugi

 

  • La fissure est le moyen traditionnel et le plus courant de réparer par le kintsugi. Cette méthode utilise la sève de laque et la poudre d'or et d'argent pour coller les pièces ensemble. Le résultat sera une pièce réparée avec des lignes scintillantes où deux pièces ont été cousues ensemble.

 

  • La deuxième méthode elle, est utilisée lorsqu'il manque un fragment à un navire (une partie massive et importante de la pièce). Ce type de dommage ne peut pas être réparé en recollant simplement les pièces ensemble. C'est pourquoi, un raccommodeur reliera les pièces et utilisera ensuite de la sève ou de l'époxy pour combler le vide. La pièce manquante doit être fabriquée à partir du même matériau que les lignes de réparation pour créer une cohérence.

 

  • Troisièmement, la technique du joint est également utilisée pour réparer les céramiques avec des pièces manquantes. Sauf que cette fois, au lieu de fabriquer de nouvelles pièces à partir de sève ou d'époxy, le bol est réparé en utilisant des pièces d'autres objets en céramique. Par exemple, vous pouvez utiliser des pièces régulières de céramique blanche pour réparer les dégâts sur une assiette colorée ou l'inverse, utiliser des pièces avec des motifs de fleurs pour réparer un bol monochrome. La fixation d'une pièce en utilisant des pièces de forme similaire d'autres poteries brisées créera un résultat éclectique mais unifié, une nette différence par rapport à toutes les autres techniques.

 

kintsugi japonais

 

LE KINTSUGI DEPUIS CHEZ VOUS

 

L'art ancien du kintsugi guérit l'objet, mais aussi l'esprit du réparateur. En réparant les morceaux brisés, nous apprenons à embrasser nos cicatrices, nos imperfections et nos expériences de vie douloureuses. Si vous souhaitez maîtriser l'art japonais ancien du kintsugi, n'hésitez pas à le pratiquer chez vous.

Nous vous invitons à prendre des poteries brisées (un bol, une assiette, une tasse préférée…) et un kit de kintsugi et à les transformer en une œuvre d'art

L'art et de la culture japonaise vous guidera à travers la technique et la philosophie derrière kintsugi, guérissant votre poterie ainsi que votre âme.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Soyez au courant