Jardin Japonais
mars 23, 2021

Jardin japonais, c’est quoi et en quoi est-ce particulier ?

10 minutes de lecture

Le jardin japonais est un élément qui prône l’expression de la nature. Au Japon, le jardin est considéré comme un héritage sacré, c’est un mélange d’harmonie et d’équilibre. C’est la raison pour laquelle le jardin a tendance à être plus proche de cet équilibre en présentant un environnement naturel miniaturisé. Comme on peut le voir dans la majorité des arts traditionnels au Japon, le jardin fait partie intégrante de la religion. Ainsi, le Shintoisme et le Bouddhisme représentent les bases même sur lesquels les œuvres d’art ont été façonnées depuis des siècles.

De ce fait, ces religions ont toujours prôné la communion de l’Homme avec son environnement, c’est-à-dire la nature qui l’entoure. Par ailleurs, on retrouve dans les jardins japonais l’eau, les plantes, les pierres, et même les animaux. Tous ces éléments sont mis en avant afin de créer une certaine harmonie dans la nature. Envisagez-vous de créer un jardin japonais ? Ou alors est-ce simplement pour vous cultiver ? Quoi qu’il en soit, nous vous donnons les principales caractéristiques de ce génie ancestral et tous les éléments qui le constituent.

jardin japonais toulouse

Le jardin Japonais : qu’est-ce que c’est concrètement ?

Le jardin japonais est un espace qui reproduit la nature et la sublime. Ainsi, il a alors tendance à imiter tous les éléments naturels comme les lacs, les forêts ou les montagnes. De plus, le jardin japonais s’apparente à son environnement en se fondant dans celui-ci. Ce qui lui permettra de s’harmoniser avec les routes, les paysages et architectures aux alentours.

D’après les croyances traditionnelles nipponnes, derrière le chaos, il y a en fait une forme d’harmonie fondamentale. Dans le cas contraire, les nombres pairs, les lignes et les angles attirent tout ce qui est esprit maléfique. C’est dans cette optique qu’à l’inverse des jardins occidentaux, l’esthétique visible dans un jardin japonais se base avant tout sur la dissymétrie. Ainsi, ces concepts imbriqués de l’harmonie et de chaos du jardin japonais ont pour principes fondamentaux : calme, sobriété, équilibre et souplesse.

Le lieu se construit donc avec une grande finesse pour que les contemplateurs puissent s’y détendre. Dans cette optique, le style traditionnel japonais aura trois éléments en priorité : la capture du paysage environnant, la miniaturisation de la nature et les différents symboles spirituels. Le jardin japonais présente une disposition des arbres, des roches et des points d’eau qui se veut respectueuse de la nature et de son caractère sacré. Bien entendu, au pays du Soleil Levant, tous les symboles font référence aux croyances de la religion taoïste et bouddhiste.

Jardins Japonais

Ainsi, chacun peut voir et interpréter les choses comme bon lui semble, surtout les touristes. Par ailleurs, lorsqu’on conçoit un jardin japonais au départ, tout est fait de telle sorte que les esprits divins puissent y trouver du repos. Ainsi, c’est un espace qu’on privilégie pour communiquer avec les dieux. Ceci dans le but d’arriver à une quête ultime. C’est la raison pour laquelle ce lieu représente la simplicité et la sobriété. Dans ce cas, on invoque alors la notion de jardin zen, une association de la sérénité avec la nature pour entrer en contact avec le monde divin.

L’archipel japonais possède une grande richesse en termes de patrimoine concernant les jardins. Pour cela, lorsque vous irez en voyage visiter le Japon, ne manquez surtout pas d’aller voir les jardins les plus beaux de ce pays. Ainsi, il en existe une pléthore dans les villes comme Tokyo ou Kyoto, ceci dans différents styles. Vous ne vous ennuierez pas !

Les différentes caractéristiques d’un jardin japonais

Lors de sa conception du point de vue technique, le jardin japonais se fonde sur deux principales caractéristiques. : la dissymétrique et la dissimulation.

jardin japonais nantes

La dissymétrique

Pour construire un jardin japonais, il est important de commencer par organiser la contemplation. C’est là qu’intervient la dissymétrie. Pour cela, le paysagiste se charge de mettre en place une perspective qui viendra orienter le regard là où il voudrait qu’il soit. Ensuite il place des points de fuite, célèbres dans les jardins français, le jardin japonais lui, sera constitué d’un certain équilibre sur les plans. Ainsi, le jeu va pouvoir se faire entre trois et quatre niveaux de regards pouvant communiquer de façon mutuelle.

De plus, l’architecte paysagiste travaillera également sur les différents éléments qui constituent le jardin. Il s’agit entre autres des arbres, des roches… Il n’oubliera pas de valoriser les tailles, les formes, les vides et les pleins. En outre, il faudra prioriser la tradition japonaise, en mettant en avant les éléments fondamentaux comme tous les chiffres impairs. Le but ultime est de réussir à créer un bon équilibre, de l’ouverture et de l’espace, adaptés à la sérénité et l’apaisement.

jardin japonais paris

La dissimulation

C’est l’autre grande caractéristique du jardin japonais. La dissimulation vient jouer avec la composition et les plans du jardin. Il est question de rendre certains éléments latents afin de surprendre les visiteurs ou les contemplateurs. De plus, l’objectif consiste également à apporter au jardin plusieurs caractères suivant les différents points de vue de ceux qui contemplent. Si vous vous demandez quel est l’intérêt de la dissimulation, la réponse est simple. Elle donne l’illusion d’un jardin ouvert, dépourvu de clôtures. Dans la tradition japonaise, les jardins donnaient ainsi l’impression de pouvoir parcourir un chemin pour arriver au niveau des montagnes à l’horizon.

Ainsi, pour un jardin japonais bien pensé et bien conçu, on a l’impression de pouvoir se rendre à n’importe quel endroit en marchant dans ses sentiers. Dans ce cas, pour réussir à avoir un effet pareil, la dissimulation des structures clôturant du jardin se fait de façon habile. Par ailleurs, on peut installer une végétation au feuillage persistant. Il existe également des haies de bambou, dont les lignes se dessinent de manière stratégique.

petit jardin japonais

Les éléments qui composent un jardin japonais

La conception d’un jardin japonais mise beaucoup sur la sobriété et sur une organisation savante. Même si la dissymétrie est apparente, on aura à éviter les lignes droites et les éléments clôturant trop évidents. De ce fait, la priorité sera sur les balades dans les sentiers du jardin et l’orientation des regards. Le but ici est de captiver les visiteurs en leurs offrants une diversité d’éléments qui composent un jardin japonais. C’est le cas par exemple des végétaux, du sable, des ornements, des rochers, de l’eau, du gravier et autres.

Bien évidemment, il n’est point question ici de saturer la vue de l’espace, mais plutôt, de mettre en valeur les composantes sélectionnées. Au final, le rendu doit présenter un certain équilibre et une cohérence, telle une image bien constituée. Ainsi, on commence par choisir un thème central qui dominera sur tout le reste. Il peut s’agir de l’eau, de la pierre du bois ou même un symbole qui apparait sous la forme d’une statue… Une fois l’élément central choisi, il ne restera plus qu’au paysagiste de matérialiser le tout et sortir un jardin de rêve. Pour ce faire, voici une sélection de quelques éléments importants à prendre en considération.

L’eau

L’eau est le principal et l’élément essentiel dans un jardin japonais. Son Symbole renvoie à la douceur, l’harmonie et la force de la nature. L’eau symbolise également la vie, elle possède des propriétés purifiantes et régénérantes. Dans un jardin japonais, elle peut apparaître sous la forme d’un ruisseau tortueux et étroit. Ou alors comme une forme de marre au centre recouvert de plusieurs pierres. Pour finir, l’eau peut être un lac avec des nénuphars ou simplement une belle chute bien positionnée.

En outre, au niveau des points d’eau, on retrouve le plus souvent des îlots, des pierres de gué ou des ponts permettant d’arriver à l’autre rive. De plus, on peut y retrouver des carpes koï de toutes les couleurs, orange, rouge jaunes… Qui représentent des symboles forts dans la culture nipponne. D’un autre côté, pour un aménagement moins imposant, il est possible de faire installer une fontaine à bascule. Cette dernière peut être faite en bambou et l’eau viendra par exemple se déverser sur le sol avant d’aller au recyclage. Il existe également d’autres fontaines comme par exemple les shishi odoshi et tsukabai, qui apporteront un côté esthétique.

jardin japonais maison

Les rochers

Dans la tradition japonaise, les rochers sont des éléments importants. On les répartit généralement par trois, par cinq ou par sept. Selon la tradition animiste, ce sont les esprits divins. Encore récemment, les Japonais considèrent les rochers comme l’esprit de Bouddha.

En effet, pour cette grande et forte symbolique, les roches sont des éléments indispensables dans la conception esthétique d’un jardin japonais. Les amas de pierre servent le plus souvent d’office de liaisons entre les différents endroits du jardin. Par exemple, les roches permettront de faire une distinction entre un bassin et une partie végétale. En outre, elles peuvent marquer la séparation entre un sentier bien aménagé et les terrasses de la maison.

Autant que les autres éléments du jardin, les roches doivent donner l’illusion d’être là de façon naturelle dans leur environnement. De ce fait, l’architecte paysagiste fera une sélection des pierres avec beaucoup de précision. Par la suite, il viendra organiser leur disposition et leur regroupement pour aboutir à un effet authentique. Il fera alors un assemblage très habile entre les pierres arrondies et les pierres lisses ; les pierres asymétriques et celle brutes. Le tout en fonction des différentes tailles et couleurs. De plus, le paysagiste placera les pierres les unes au-dessus des autres, et parfois un peu décalé. Ceci, soit de manière verticale ou alors horizontale, et autres.

jardin japonais miniature

Les plantes

C’est le troisième élément essentiel dans un jardin japonais. On les dispose suivant la même logique que les deux premiers. Autrement dit, dans un équilibre de la composition et une bonne organisation des plans. Toutefois, les plantes présentent une particularité, ils ont une évolution continuelle. C’est ce qui intéresse, mais sont de grands défis pour les architectes paysagistes.

En effet, d’une part, ces plantes grandissent et changent de couleur en fonction des saisons. D’autre part, elles changent de forme et ont des racines. Ceci étant, le paysagiste doit prendre le soin de bien les choisir et leurs formes doivent s’adapter à la cohérence de tout le dispositif. Par ailleurs, la taille et la coupe sont des éléments qui apporteront le design recherché.

Il est également question de bien choisir les espèces, suivant compositions, les saisons de floraisons, et autres. Au Japon, on appelle le travail du paysagiste à ce niveau l’art du niwaki. Pour la simple raison qu’avec la composition saisonnière, l’organisation des plans et le travail sur les coupes, il existe une panoplie de possibilités et c’est à ce niveau que l’expertise du professionnel entre en jeu. D’autant plus qu’un jardin japonais peut accueillir divers types d’espèces végétales. On peut citer les chênes, les camélias, les cerisiers japonais, les érables, les pins, les saules, les bambous, le hêtre, le sophora, le cyprès du japon, l’amandier, l’azalée, le ginko. On a également l’andromède, le magnolia, la Nandia domestica, l’osmanthe, le rhododendron… En plus de tous ces éléments, le jardin japonais accueille aussi la mousse plutôt que la pelouse.

Les chemins, sable et graviers

Dans un jardin japonais, les chemins, le sable et les graviers ne peuvent pas manquer. Le plus souvent, on recouvre les sentiers en terre battu par des pierres plates ou du gravier. Ce qui permet non seulement aux visiteurs de mieux se balader dans le jardin, mais aussi de donner un équilibre esthétique de l’espace. Ainsi, les différentes pierres qu’on dispose sur le sol apportent du caractère dans les jardins japonais. 

Par ailleurs, les zones où l’on retrouve des graviers, forment un jardin paisible, que les bouddhistes affectionnent particulièrement. De ce fait, il est interdit de marcher sur ces espaces, excepté quand il s’agit de faire un entretien. Ce sont des espaces adaptés à la méditation et reposants pour les yeux.

Les animaux

Dans un jardin japonais, les animaux sont plutôt discrets, mais bénéficient d’une importante considération. Ainsi, les carpes koi, par exemple, sont là pour leurs couleurs esthétiques telles que le jaune, l’orangé… Toutefois, elles permettent également à la végétation aquatique, notamment les algues, de ne pas complètement envahir l’eau.

D’un autre côté, on retrouve les tortues, les salamandres et les grenouilles qui font également partie de cette ambiance. Du côté des animaux volatiles on a plusieurs canards et d’autres gibiers de l’eau. Ces derniers apportent une certaine spontanéité dans le jardin. A côté de tous ces animaux on peut noter la présence de quelques accessoires et ornements qui viennent avec une certaine complémentarité dans le jardin. On peut avoir les statuettes, les lanternes ou les petites fontaines.

jardin zen japonais

Les types de jardins japonais

En principe, il existe trois types de jardins japonais. Toutefois, en fonction du style et de la création du professionnel, celui-ci peut se décliner autrement.

Le Tsukiyama ou le Shizen fukeishiki

Ce style représente toute la beauté et la grandeur de la nature en version miniaturisée. L’objectif est de faire une reproduction dans un espace fermé comme presque tous les temples et les résidences. De plus, on y retrouve une atmosphère de pleine quiétude que la nature a offert. Ici, l’effet trompe œil sera de mise. Pour cela, dans le but de créer une impression de grandeur, le technicien devra faire jouer tous les éléments constitutifs du jardin.

Dans ce cas, les pierres représentent les montagnes, l’eau est visible à travers les rivières. Les plantes quant à elles devront être sélectionnées avec soin. Toujours dans l’optique du trompe œil, les éléments qu’on voit en premier plan doivent être des éléments plus imposants que le reste. Enfin, le paysagiste placera les végétaux en arrière-plan, ce qui donnera l’impression d’une vue lointaine.

Karesansui ou le jardin sec

jardin japonais sec

Les jardins secs sont beaucoup plus présents dans les temples bouddhistes. En effet, il s’agit d’un type de jardin qui célèbre la nature. Il représente la mer, les îles et les montagnes. Ici, on se sert des graviers et du sable pour retrouver la symbolique de la mer. Dans ce cas, le travail se fait de façon méticuleuse, à l’aide d’un râteau. Ce qui permettra de donner une illusion de vagues. Pour ce qui est des pierres, on les dispose de telle sorte qu’ils fassent référence aux montagnes et aux îles. Dans ce cas, puisqu’on a à faire à un jardin sec, on n’aura donc pas besoin d’eau ici. De plus, on installera très peu de plantes.

Chaniwa ou le jardin de thé

Chaniwa c’est le jardin par lequel on traverse pour arriver à l’endroit où on fait une cérémonie de thé. C’est un lieu au sein duquel on retrouve un bon nombre d’éléments, notamment le Tsukubai. Il s’agit d’une pierre creuse contenant de l’eau. Ce qui permet ainsi à ceux qui arrivent de se nettoyer et de se purifier juste avant que la cérémonie ne commence. Le plus souvent, à côté du pavillon de thé se trouve une lanterne japonaise. Au départ, celle-ci servait d’éclairage et permettait de guider les invités.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Soyez au courant