HISTOIRES FOLKLORIQUES JAPONAISES
octobre 29, 2021

HISTOIRES FOLKLORIQUES JAPONAISES

6 minutes de lecture

De nombreuses histoires folkloriques japonaises incluent des esprits, des fantômes, des créatures surnaturelles et des monstres, également connus sous le nom de yokai. Dans cet article, nous abordons ce thème à travers la description d'outils et de personnages populaires folkloriques japonais.

 

folklore japon

TENGU : DES DEMONS QUI SONT DEVENUS DES "DIEUX"


Parmi les démons yokai, le tengu est peut-être le plus populaire du monde occidental. En effet, si vous êtes allé au Japon, vous connaissez probablement ces masques au visage rouge avec des sourcils en colère et un long nez présentés dans les festivals ou souvent accrochés dans les maisons.

Certaines personnes les trouvent drôles, mais la plupart les trouvent vraiment effrayantes. Bien que représenté comme des démons ou des monstres, le tengu est essentiellement un kami ou un mini-dieu shinto.

Cette fascinante créature folklorique est également profondément liée à la culture et à la religion japonaises.

  • Ses origines
Vous trouverez certains des textes les plus anciens sur le tengu dans le Nihon Shoki ou les Chroniques japonaises.

Ces monstres mythiques représentaient traditionnellement les caractéristiques des humains et des oiseaux.
Tout d'abord, le premier tengu était représenté comme ayant un bec. Cependant, dans les représentations plus récentes, le bec est souvent « humanisé » comme un nez anormalement long.

  • Transformation du mal en bien

Dans les premières histoires folkloriques, le tengu est considéré comme un yokai typique ou un monstre maléfique.

Ils avaient la réputation de piller des temples, de posséder des femmes pour tenter des hommes saints et d'enlever des moines bouddhistes.

Cela dit, cette créature mythique a subi une transformation positive.
Au fil du temps, ils ont perdu leurs représentations monstrueuses et sont désormais considérés comme de bons esprits qui protègent les temples bouddhistes.

Aujourd'hui, les gens utilisent d'ailleurs des masques tengu pour célébrer les festivals shintoïstes. Ils les utilisent également comme décorations car ils sont censés effrayer les mauvais esprits et la malchance.

 

TSUKUMOGAMI : DES OBJETS TRANSFORMES EN ESPRITS


Imaginez que vous faites bouillir de l'eau, puis soudain, la marmite verse l'eau chaude sur le sol et s'enfuie. Dans le folklore japonais, rien ne semble impossible. En effet, même les objets inanimés dans votre maison peuvent se transformer en créatures vivantes.

Ces esprits peuvent être bons ou mauvais. Ils peuvent aussi devenir vos meilleurs alliés, mais ils peuvent devenir votre pire cauchemar.


japon

Selon le mythe japonais, toutes les choses, vivantes et non vivantes, ont une âme et la plupart des objets ont un bon esprit. Le seul problème est lorsque leur propriétaire ou les propriétaires précédents les négligent.

S'il a été maltraité pendant une période, un objet développe un esprit vengeur qui fait des ravages chez son propriétaire actuel.

Cette croyance shintoïste a décliné depuis le moyen-âge, mais le tsukumogami reste un sujet de prédilection parmi les artistes modernes au Japon. Nous voyons encore ces créatures du folklore dans les animes, les mangas et autres illustrations.

S'il y a une leçon que cette créature du folklore japonais nous enseigne, c'est que nous ne devrions jamais tenir les choses pour acquises. 


SHIKIGAMI : ESPRITS SERVITEURS D'ONMOYJI


Une autre créature folklorique célèbre au Japon est le shikigami que nous voyons aussi généralement dans les anime.

Ce sont des esprits à être invoqués par les dieux ou utilisés lors d'une cérémonie. Ces esprits n'ont pas de forme, mais sont généralement représentés par des mannequins en papier.

Selon leurs maîtres, ils peuvent également posséder d'autres objets, ainsi que des animaux et des humains. Sous forme de mannequins en papier, shikigami est inoffensif.
De plus, son pouvoir dépend de son maître. Si l'onmyōji a beaucoup de compétences et d'expérience, le shiki peut posséder des animaux et des personnes, les manipuler et même les tuer. D'ailleurs dans les contes japonais, shikigami prenait des ordres risqués de leurs maîtres, tels que voler des objets, espionner et traquer les ennemis.

Bien que totalement folklorique, le shikigami symbolise en quelque sorte la divination des anciens japonais.


ONRYO : LES ESPRITS VENGEURS


Le japonais font certaines des histoires de fantômes les plus effrayantes et les plus morbides au monde. Le film " The Ring " en est la preuve.

Bien que sans aucun doute moderne, le concept de fantômes courroucés existait depuis longtemps dans le Japon antique. Connu sous le nom d'Onryō, cet être surnaturel est animé par le désir de s'en prendre à une ou plusieurs personnes qui leur ont fait du mal.

 


De plus, la tradition des fantômes japonais a été enregistrée dès le VIIIe siècle.
Une histoire reflétée dans les livres d'histoire est celle de l'empereur Kammu.

Il était le 50e empereur du Japon et selon la légende d'Onryō, l'empereur accuse son frère de déloyauté, ce qui entraîne l'exil et la mort de ce dernier.

On dit que l'Empereur est depuis hanté par l'esprit courroucé de son frère. En tant que tel, il a déplacé la capitale du Japon de Heijo à Keian-kyo (Kyoto) 10 ans plus tard pour tenter de s'en échapper.

Alors que les esprits Onryō sont du folklore japonais pur, ils reflètent des torts perçus, des jalousies extrêmes et des crimes passionnels. Comme le tsukumogami, cette créature du folklore a ses racines dans le shintoïsme.

Plus précisément, la croyance shintoïste selon laquelle les choses animées et inanimées ont une sorte d'esprit. On pense que le seul moyen de « vaincre » un Onryō est de l'apaiser ou de rendre justice au fantôme.


SHINIGAMI : DIEU DE LA MORT


Si vous êtes un fan d'anime japonais, vous devez bien connaître le shinigami.
Le shinigami est un ajout relativement récent au folklore japonais, ayant fait son entrée sur la scène vers le 18e ou le 19e siècle.
Avant Shinigami, il y avait Izanami : la déesse de la mort dans les mythes shintoïstes et japonais et même les bouddhistes croyaient en un démon appelé Mrtyu-mara.

Cependant, lorsque Pâques et la culture occidentale se sont rencontrés, la notion de « faucheuse » a commencé. Avec cela, un tout nouveau dieu de la mort est apparu dans le folklore japonais. Ils l'appelaient Shinigami.

Bien qu'ils aient des similitudes, le Grim Reaper est différent du Shinigami.
En effet, la Faucheuse est associée dans le folklore occidental comme une créature terrifiante qui apporte la mort aux gens. Au Japon, le Shinigami ressemble plus à un agent nécessaire pour faciliter le cycle de la vie.

Shinigami n'était pas censé être craint. En fait, dans un conte classique, un homme qui était sur le point de se suicider a reçu la visite d'un Shinigami qui lui a dit qu'il n'était pas encore temps de mourir.

Le Shinigami a expliqué que la vie est comme une bougie. Une fois la flamme éteinte, c'est le seul moment pour partir.

Cela suggère que le dieu de la mort dans le folklore japonais ne contrôle pas la mort d'une personne.

 



KOMAINU : LE CHIEN LION

Lions ou chiens ? Promenez-vous dans les rues d'Okinawa et vous verrez des statues de ces bêtes mythiques presque partout. Au Japon, on les appelle komainu. Bien que considérée comme une créature du folklore japonais, la foi bouddhiste a fortement influencé le komaino.

Les lions sont apparus d'abord dans les temples indiens et plus tard dans les temples chinois. On prétend, cependant, que le komaino, qui se traduit par « chien coréen », est originaire de Corée.

Toutefois, dans le mythe japonais, les komainu étaient les gardiens et les messagers des divinités shintoïstes. Dans le Japon moderne, komainu symbolise le pouvoir, la force et la protection, car ils sont eux, associés aux lieux de culte.

Les chiens-lions viennent toujours par paires, comme représentés par des statues à l'entrée des sanctuaires et des temples au Japon. Ces statues se font généralement face : l'une a la bouche ouverte et l'autre fermée.


INARI : LE RENARD

inari


Kitsune, qui signifie « renard » au Japon, est représenté dans de nombreux sanctuaires shintoïstes, comme le sanctuaire Fushimi Inari, mondialement connu. On pense que le mont Inari est l'endroit où Inari ou la divinité du riz est descendu du ciel pour la première fois sur terre.

Dans l'ancien japonais, le riz était considéré comme une mesure de la richesse. Ainsi, inari est également associé aux affaires, à l'argent et au succès.

Toutefois, dans les histoires folkloriques, les renards sont bons ou mauvais.
Par exemple, dans l'histoire " L'amour du renard blanc comme neige ", les renards étaient des créatures ressemblant à des ogres qui possédaient ou volaient des humains qui ont eu le malheur de croiser leur chemin.
Ils volaient aux victimes tout ce qu'ils possédaient, ensorcelaient les jeunes filles et emmenaient leurs petits enfants.

Pendant ce temps, il y a les rares renards Inari blancs comme neige qui protégeaient les humains des renards ninko .

Cependant, dans le Japon moderne, les statues de kitsune (renards) représentent les sanctuaires d' Inari . Ce sont des renards intelligents qui possèdent des capacités paranormales.

On pense que si vous faites une faveur à ces créatures, elles vous donneront une grande récompense. Dans le Japon moderne, les japonais ou les touristes offrent des cadeaux kitsune à leur famille et à leurs amis pour leur souhaiter chance ou prospérité dans leur carrière.

------------

Croyez-vous en ces histoires?

japon


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Soyez au courant